Bioclimatisme - Isolant végétal

LA LAINE DE COCO

La laine de coco est issue de la bourre entourant le péricarpe des noix de coco. Très réputées pour leur élasticité et leur durabilité, les fibres de coco sont utilisées depuis une trentaine d’années en tant qu’isolant thermique. Elles offrent également une grande résistance à l’humidité.

Elle se présente sous forme de rouleaux (pour les planchers, les combles et les toitures en rampants), de panneaux semi-rigides (pour l’isolation intérieure, extérieure ou médiane des murs et celle des toitures) ou en vrac (pour le remplissage des planchers, des murs à isolation médiane intérieure ou extérieure, les toitures en rampants, les combles et le calfeutrement).

 

LE COTON

Les qualités du coton, en tant qu’isolant, ne sont reconnues que depuis une quinzaine d’années. En effet, elle possède un très bon niveau d’isolation thermique et phonique.

La laine de coton peut provenir soit de coton vierge soit de coton recyclé dont les fibres sont tout d’abord cardées puis traitées avant de recevoir un liant polyester.

La laine de coton se présente sous forme de rouleaux qui servent à isoler les planchers, les toitures et les combles ou en vrac comme isolant de remplissage manuel ou insufflé dans les planchers, dans les combles, dans les murs et dans les toitures en rampants.

 

 

LA OUATE

La ouate de cellulose est un matériau de construction isolant très prisé en écoconstruction.

La ouate de cellulose est fabriquée avec du papier recyclé, ce qui nécessite un peu d'énergie mais beaucoup moins que pour le polystyrène. (6 kWh/m³ contre 850). Le papier est recyclé et on lui ajoute du sel de boreadjuvant pour améliorer la résistance au feu de la ouate ainsi que sa capacité à repousser les rongeurs et les insectes.

La ouate de cellulose qui peut être trouvée en plaque ou en vrac, est idéale pour une pose en toiture entre chevrons. Elle procure une excellente protection en hiver et contre les chaleurs d’été (très bon déphasage thermique).

C'est également un très bon isolant phonique dans les cloisons, notamment utilisé avec des plaques de parement en fibro-plâtre.

 

 

LA PAILLE

... comme isolant thermique :

La construction et l'isolation sont liées lors de la construction de maison en ballot de paille : technique murs porteurs (dite Nebraska), ossature bois/remplissage paille (dite Autrichienne, du GREB...). On estime à plus de 4.000 les habitations construites en bottes de paille, et les plus vieilles ont 100 ans.

La maison en paille est une maison à structure de bois dont les murs sont faits de paille et recouverts de chaux. La paille est généralement disposée sous la forme des bottes parallélépipédiques produites et utilisées par l'agriculture.

Contrairement à l'image colportée par le conte Les Trois petits cochons, ce mode de construction est solide : la paille compressée aurait une meilleure résistance au feu que le bois. C'est par ailleurs un excellent isolant thermique, qui présente cependant des risques liés à l'eau et à la condensation (problème de pourissement). L'usage de la paille nécessite de faire un drainage, ainsi qu'un débord de toit important.

 

LA PAILLE DE LAVANDE

La lavande est une ressource renouvelable, recyclable, locale et abondante. La paille de lavande, par ses qualités techniques et écologiques, est particulièrement adaptée à nos contraintes climatiques méditerranéennes, sa forte densité est un gage d’une excellente protection contre le froid en hiver et contre la chaleur en été.

 

 

LE LIEGE

Le liège est un matériau présent dans l'écorce de quelques arbres, et notamment celle du chêne-liège. Il protège l'arbre des insectes, du froid et des intempéries tout en lui permettant de respirer, par de minces canaux appelés lenticelles.

Le liège produit directement par l'arbre est le « liège mâle », crevassé et de moindre valeur ; on doit l'enlever, c'est l'opération de « démasclage » qui se fait dès que le tronc atteint 30 cm de circonférence. Le nouveau liège qui se forme est le « liège femelle », que l'on lève tous les 9 à 15 ans (selon les régions) quand l'épaisseur voulue est atteinte, environ 3 cm.

Le liège est un produit de faible densité, antistatique, résiste relativement bien au feu, bon isolant thermique, acoustique et vibratoire, et résistant à l'eau grâce à la subérine qui imprègne les cellules. Il est souple et se décompose lentement. Plus de 80% de la production de liège mondiale est utilisée pour fermer les bouteilles.

Néanmoins toutes ces propriétés, réunies dans un matériau naturel, rendent le liège précieux pour diverses applications, notamment en bioconstruction. Concassé en granulés, on le transforme en panneaux d'isolation, revêtement mural ou pour le sol. Il entre aussi dans la composition du linoleum.

LE CHANVRE

La brique de chanvre ou bloc de chanvre est un matériau de construction isolant dans la masse. Elle est composée de chènevotte (partie centrale de la tige du chanvre) et de chaux aériennes et hydrauliques.

La laine de chanvre est aussi un très bon isolant, concurrentiel des laines minérales (laine de verre) parce qu'elle ne pose pas de problème sanitaire. On trouve aussi la paille de chanvre qui peut être utilisé comme la paille normale en botte comme isolant de mur, ou en vrac comme isolant de toiture.

La chènevotte est très appréciée pour sa légèreté, sa teneur élevée en silice végétale et son caractère isolant. Elle est structurée en nombreux canaux formant des cavités régulant l'humidité, la chaleur et le bruit. Et ce grâce à ses qualités physiques : isolant thermique et phonique, résistance naturelle aux insectes et nuisibles, grande durabilité, respiration continue …et aussi de par un écobilan très positif puisqu’elle est recyclable, réintégrable, et respecte la santé des habitants puisque produite avec des fibres de chanvre, produit naturel et sain.

La chènevotte existe sous différentes formes selon le type de travaux effectué : laine en panneaux ou rouleaux pour l’isolation, mortier et enduit pour le gros œuvre.

 

LAINE DE BOIS

... et bois feutré. La laine est obtenue après défibrage des chutes de bois résineux et utilisée en vrac ou transformée en pate (après ajout d’eau) pour être coulée en panneaux.
Ces panneaux sont d’épaisseurs, de dimensions et de densités variables :

  • Les panneaux mous, pour une isolation sous toiture soit entre les chevrons soit porteuse sur chevrons dans ce cas ils supportent la couverture . Ils peuvent aussi venir en complément ou non d’une autre isolation, entre les montants d’une ossature porteuse.
  • Les panneaux mi - durs sont utilisés comme pare-pluie de parois à ossature bois, pour les cloisons ou contre cloison…
  • Les panneaux composites multicouches sont employés pour l’isolation des planchers comme support d’enduits d’une isolation extérieure ou en toiture sur chevrons.

 

 

Actualités